Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat
Article 23 de la Constitution belge : « Chacun a le droit de mener une vie conforme
à la dignité humaine. Ce droit comprend le droit à un logement décent. »
Site de l’association sans but lucratif de défense du droit à l’habitat à Bruxelles.

La colocation en forte expansion à Bruxelles : un phénomène dont le politique doit se saisir

« De plus en plus de gens se tournent vers la colocation parce qu’ils n‘ont pas d’autres solutions. Certains apprécient de vivre en groupe, mais l’argument essentiel dans le choix d’une colocation reste financier. » Parole d’agent immobilier… La colocation est devenue une alternative à un logement individuel devenu impayable. Ce phénomène en pleine expansion a interpellé le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat, qui y a consacré sa dernière étude.

Différentes manières d’habiter ensemble…

Les colocations les plus courantes regroupent des habitants, souvent jeunes actifs (66%) ou étudiants (21%), qui s’organisent de façon autonome. En moyenne, ils paient au total 810€ par mois pour une surface habitable de 90m². A supposer qu’ils soient deux ou trois, la part respective de chacun se situe entre 270€ et 405€ par mois, hors charges. L’avantage financier est évident et reste le motif le plus souvent évoqué par les colocataires. Et ce alors même que certains bailleurs n’hésitent pas à augmenter le loyer, comptant sur le fait que la charge locative sera répartie sur plusieurs occupants.

Ainsi vit Marie, jeune travailleuse de 23 ans, qui raconte : « Je n’aurais pas pu me payer un logement seule et de toute façon, je n’en avais pas envie. Alors je partage une grande maison avec cinq autres personnes à Schaerbeek. (…) Le bail est au nom d’un des colocataires mais moi, je n’ai rien signé. On se fait confiance. Jusqu’à présent, tout va bien, mais je ne sais pas comment ça se passerait face à un éventuel problème. »

L’habitat solidaire, une autre forme de vivre ensemble, a pour spécificité d’être initiée et soutenue par des associations qui aident des personnes en situation précaire (précarité économique, liée à l’âge, à l’état de santé physique ou mentale…) à se loger. Le projet « Léon » par exemple, c’est un grand triplex à Ixelles où vivent des jeunes en errance de 16 à 25 ans et des adultes reconnus comme réfugiés. Ce projet permet de proposer du logement transitoire de qualité à un prix raisonnable, mais aussi à favoriser l’insertion sociale par le logement et à ouvrir l’accès à certains droits sociaux.

« Nous avons longuement discuté et négocié avec la commune et le CPAS pour assurer à tous les habitants un statut de personne isolée et non pas de cohabitant et ce, pour que le montant des revenus de remplacement (allocation de chômage, revenu d’intégration du CPAS,…) ne soit pas dramatiquement diminué. » explique un travailleur social engagé dans ce projet.

Ces exemples pointent des obstacles qui se posent au développement de projets de colocation. Des obstacles qui pourraient être levés, du moins en partie, par le Gouvernement bruxellois, qui dispose d’un certain nombre de compétences requises.

Aujourd’hui, la loi sur le bail ne prévoit tout simplement rien en matière de colocation. Selon le RBDH, il est nécessaire d’adapter la législation à ce mode de vie qui attire de plus en plus de Bruxellois. Notre principale recommandation est d’imposer la signature d’un pacte de colocation qui permet de régler les principales difficultés qui peuvent intervenir entre colocataires (la répartition des coûts, le règlement de la garantie locative, les dégâts locatifs, le départ anticipé d’un colocataire,…). Sans oublier qu’il est plus que jamais indispensable d’encadrer les loyers pour freiner la folle augmentation des prix.

Par ailleurs, les colocataires sont souvent considérés comme cohabitants et non pas personnes isolées. Ce statut social pénalise les colocataires en amputant une partie importante de leurs éventuels revenus de remplacement. Ce combat pour la suppression du statut cohabitant est mené depuis plusieurs années par le secteur associatif. Cependant, l’actualité le rappelle à suffisance : l’individualisation des droits sociaux et l’application, à tous, du statut isolé n’est pas du tout à l’ordre du jour.
A défaut, une solution de repli stratégique est soutenue par de nombreux chercheurs et travailleurs sociaux : la labellisation de l’habitat solidaire, qui aurait pour avantages d’octroyer une reconnaissance à ces projets de logement alternatif et de maintenir les colocataires dans le statut d’isolé.

Enfin, les associations qui rendent possibles des projets de colocation solidaire devraient bénéficier d’une meilleure reconnaissance et de moyens suffisants.

Vivre à plusieurs sous le même toit, c’est devenu une solution pour de nombreux Bruxellois confrontés à la crise du logement et à l’explosion de la précarité socio-économique. Et pourtant, plutôt qu’une nécessité, ce mode de vie devrait rester un choix. C’est maintenant au Gouvernement bruxellois d’encadrer et de faciliter le vivre-ensemble, mais aussi de rendre le logement individuel accessible à ceux qui le préfèrent…

Contacts presse

Les témoins et travailleurs sociaux cités dans ce communiqué sont disponibles pour répondre aux interviews.

A votre disposition au RBDH :

Werner Van Mieghem
Coordinateur du RBDH
02.502.84.63

Ilham Bensaïd
Chargée de communication
0479.77.89.04

Plus d’infos ?

Le magazine peut être commandé auprès du RBDH. Gratuit pour les journalistes / 7€ pour le grand public.

Le magazine peut aussi être téléchargé ici, en format PDF !


À propos

L’asbl Rassemblement bruxellois pour le droit à l’habitat (RBDH) est un regroupement bilingue d’une cinquantaine d’associations qui, chacune sur leurs terrains, défendent le droit à l’habitat et œuvrent pour un accès à un logement de qualité à prix abordable.

Les orientations de travail du RBDH sont définies par les préoccupations de terrain relayées par les associations-membres. Le RBDH remplit plusieurs missions :

- Privilégier les échanges de pratiques

Le RBDH est un lieu d’échange, d’information et de réflexion sur l’habitat et le logement à Bruxelles. En tant que rassemblement, il cherche des solutions avec les associations actives dans le secteur et les pouvoirs publics.

- Soumettre des propositions concrètes et influencer les décisions

Des groupes de travail sont régulièrement constitués afin d’approfondir des problématiques spécifiques et de lutter contre les dysfonctionnements du marché bruxellois du logement. Les propositions qui en émanent servent ensuite à faire pression sur les responsables politiques et à être rendues publiques.

- Former les travailleurs sociaux

Le RBDH organise régulièrement des cycles de formations destinées aux travailleurs des associations membres, mais aussi d’autres institutions et associations.

- Rendre des avis et recommandations

Le RBDH fait partie du Conseil Consultatif du Logement, et de la Commission Régionale de Développement, les organes consultatifs de la Région de Bruxelles-Capitale sur les thèmes du logement et du développement urbain.

P.-S.

Les soutiens du RBDH

Le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat est agréé par la Région de Bruxelles-Capitale en tant qu’association œuvrant à l’insertion par le logement et reçoit le soutien de la Communauté française, service de l’Éducation permanente.

Région de Bruxelles-Capitale, administration du logement

Communauté française, service de l’éducation permanente



La politique régionale du logement 2014-2019

Les défis en matière de logement à Bruxelles sont énormes. Les prix à la vente et à la location dans la Région augmentent bien plus rapidement que les revenus de ses habitants. Ce sont les ménages à bas revenus qui sont les plus durement touchés par ces augmentations.

Et pourtant, nos élus politiques choisissent de fermer les yeux sur cette réalité. Ainsi, le Gouvernement bruxellois annonce dans son accord 2014-2019 : « La région doit, sans tabou, développer une politique qui permet d’endiguer l’exode urbain des revenus moyens. »

Certes, le Gouvernement veut « lancer » la production de 3.900 logements sociaux. Mais il ne précise pas où et surtout comment il compte exécuter ce projet de production de logements sociaux, qui reste à l’heure actuelle beaucoup trop lente.
Les 40.000 ménages inscrits sur les listes d’attente pour un logement social n’auront d’autre choix que de continuer à se loger sur le marché locatif privé, pour un encadrement obligatoire des loyers et une allocation loyer générale ne sont pas envisagés.

Jusqu’il y a peu, les ménages à revenus limités pouvaient encore espérer acquérir leur logement familial. Ce qui est devenu quasiment impossible aujourd’hui, à moins qu’ils ne bénéficient de l’intervention du Fonds du Logement, avec ses crédits hypothécaires à taux avantageux, des groupes d’épargne collective et solidaire, ou encore des logements CLT.

Pour ces ménages, l’accord de majorité ne propose pas de perspectives claires. Il est question d’élargir le public bénéficiaire du Fonds du Logement, de réduire des droits d’enregistrement mais pas spécifiquement pour les ménages à faibles revenus et de retirer les projets Community Land Trust des mains des associations.

Vous l’aurez compris : l’accord de majorité 2014-2019 est décevant pour le RBDH. Un certain nombre d’importantes mesures telles que l’encadrement des loyers ou une répartition équilibrée des logements sociaux dans toutes les communes bruxelloises ne sont pas annoncées. Les quelques mesures qui semblent satisfaisantes sont souvent formulées de manière trop vague et n’apportent que des réponses partielles. Finalement, comment le Gouvernement compte-t-il réellement relever le défi important d’offrir des logements abordables aux ménages à faibles revenus dans la Région ?

Pour le RBDH, ce défi peut être atteint grâce à diverses orientations complémentaires entre elles : veiller à ce que les terrains publics restent aux mains du public, tout en prévoyant plus de logements sociaux locatifs et acquisitifs ; mettre en place un système de loyers de référence qui mènerait à terme vers un encadrement des loyers ; proposer un fonds de garanties locatives auquel tous les Bruxellois pourraient faire appel ; voter une loi sur les baux qui accorderait une attention particulière à la colocation, aux occupations temporaires et à la lutte contre les étages vides au-dessus des commerces ; utiliser la fiscalité immobilière pour encourager les propriétaires et/ou bailleurs à rénover et améliorer la performance énergétique de leur bien ; faire du bonus logement une aide directe pour les ménages à revenus faibles et modestes pour accéder à la propriété.

SOURCES :

Accord de Gouvernement bruxellois 2014-2019

Art. 23 # 57 - La politique du logement annoncée par le nouveau Gouvernement bruxellois : trop peu sociale face à une crise du logement dramatique !


Prochain cycle de formations : AUTOMNE 2015

Le prochain cycle de formations se déroulera entre octobre et décembre 2015.

Pour l’heure, le RBDH concocte un programme passionnant, avec des formations sur des thématiques actuelles et variées, notamment sur...

- la fiscalité immobilière, sujet qui occupe et préoccupe le Gouvernement bruxellois qui planche sur une réforme ;
- les logements insalubres, en sollicitant les nombreux acteurs impliqués dans la lutte contre cette problématique ;
- la précarité énergétique, à laquelle sont confrontés des consommateurs de plus en plus nombreux ;
- les logements pour les étudiants.

Le programme complet, les noms des intervenants, ainsi que les dates de formations, seront précisés dans les jours à venir !

Pour être tenu informé du programme et recevoir une invitation, envoyez un message à Laurence Evrard.