Logement social = logement social

15/12/2011
Le Code Bruxellois du Logement fait actuellement l’objet de modifications. Le RBDH s’inquiète des conséquences que certaines d’entre elles pourraient avoir sur le logement social.

L’avant-projet de Code prévoirait en effet que les Sociétés Immobilières de Service Public (SISP) pourraient construire jusqu’à 20% de logements moyens (ou modérés) pour chaque nouveau projet de construction de logements.
Dans le cadre du Plan régional du Logement, le Gouvernement bruxellois a déjà autorisé la construction de logements moyens sur certains terrains des SISP ou de la SLRB pour 6 projets particuliers. Au total, c’est plus de la moitié (565/553) de ces nouveaux logements qui seront attribués à des ménages disposant de revenus moyens.

Le RBDH ne souhaite pas que ces exceptions, visant à construire du logement moyen sur des terrains appartenant au logement social, deviennent la norme. Il est inadmissible que le patrimoine foncier des SISP serve à la construction de logements moyens alors même que le nombre de terrains disponibles à la construction, en particulier ceux des SISP, est très réduit et que Bruxelles fait face à une véritable crise du logement.

Pour rappel, plus de 50% de la population Bruxelloise rentre dans les conditions d’accès au logement social et on démontre une paupérisation accrue de la région. Le dernier rapport bruxellois sur l’état de la pauvreté en 2011 signale que plus d’un quart de la population bruxelloise vit avec un revenu inférieur à celui du seuil de risque de pauvreté.
Fin 2010, 37 825 ménages étaient inscrits sur les listes d’attente pour avoir accès à un logement social, alors que seulement 38 900 logements sociaux sont disponibles et occupés. Il faudrait donc doubler le parc locatif social.

Le prétexte avancé par les autorités régionales pour justifier l’affectation de logements moyens dans le parc social est comme souvent d’augmenter la mixité sociale. Nous ne pensons pas que ce soit au détriment de la lutte contre la pauvreté et de l’accès des bruxellois à un logement abordable que doivent s’effectuer les efforts en faveur d’une hypothétique mixité sociale. Bien au contraire ce sont des quotas de logements sociaux qu’il faut imposer aux autres opérateurs publics et privés !