Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat
Article 23 de la Constitution belge : « Chacun a le droit de mener une vie conforme
à la dignité humaine. Ce droit comprend le droit à un logement décent. »

Accueil > Publications > communiqués de presse > Occuper temporairement des logements vides à Bruxelles : Une manière de (...)

Occuper temporairement des logements vides à Bruxelles : Une manière de sortir de la précarité !

Dans le contexte actuel de crise du logement, les occupations temporaires peuvent constituer une solution provisoire, directe et une amélioration, même momentanée, des conditions de logements pour certains ménages. Un modèle qui a de l’avenir !

CONTEXTE DE L’EMERGENCE DES OCCUPATIONS TEMPORAIRES A BRUXELLES

15.000 à 30.000 logements et 1,2 millions de m² de bureaux vides à Bruxelles, dans un contexte où la population a de plus en plus de mal à se loger dans des conditions décentes et abordables… Cela favorise l’émergence de nouveaux modes d’habitat, comme l’occupation de bâtiments vides de manière temporaire.

Ils sont nombreux, (anciens) sans-abris, sans-papiers, militants, étudiants, travailleurs, artistes,… à vivre dans des bâtiments publics ou privés inoccupés.

Maaika, travaille pour l’asbl Pigment à l’accompagnement du collectif Leeggoed ; lequel occupera prochainement un logement social vide du Foyer Ixellois :

« Nous sommes révoltés par le fait qu’à Bruxelles, il y a beaucoup de bâtiments vides et habitables et pourtant, des gens vivent dans la rue. Ce sont ces personnes-là que nous rencontrons quotidiennement dans nos associations.

Notre objectif, c’était donc de s’investir, dans un projet durable, avec des personnes confrontées à des difficultés de logement. Avoir un logement décent, ça peut permettre de sortir de la précarité car cela a un impact positif sur tous les aspects d’une vie : la famille, l’entourage, le travail, la santé,…  »

LES RECOMMANDATIONS DU RBDH

Le RBDH, Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat, vient de réaliser une étude sur les conventions d’occupations temporaires , dont il ressort un certain nombre de recommandations, adressées au Gouvernement bruxellois.

> Les conventions d’occupations temporaires : une obligation pour les opérateurs publics propriétaires de bâtiments vides en attente de rénovation

Tous les propriétaires publics de logements ou de bâtiments vides doivent s’engager à accepter la signature de conventions d’occupations temporaires pour les projets encadrés dans des bâtiments publics vides en attente de travaux de rénovation.

> Des normes de qualité adaptées

Le Code bruxellois du Logement réformé (entrée en vigueur courant 2013) prévoit que les logements présentant des manquements de minime importance aux normes de sécurité et de salubrité ne devront pas nécessairement être interdits à la location. La liste de ces manquements de minime importance pourrait être d’application pour les occupations temporaires.

> Donner la priorité absolue aux associations à vocation sociale

Des propriétaires d’immeubles vides (privés et publics) font de plus en plus appel à des sociétés commerciales ‘de gestion’ de biens inoccupés, qui contre rémunération, proposent un gardiennage des lieux par des personnes seules soigneusement choisies et disposant de peu de droits. Les propriétaires publics devraient donner l’exemple et privilégier les partenariats avec des associations à vocation sociale.

> Une agence de transit

Actuellement, les acteurs sont multiples et difficilement identifiables. La création d’une agence de transit s’avère nécessaire pour faciliter les démarches des propriétaires de bâtiments vides. Cet interlocuteur officiel fournirait mettrait en relation propriétaires et associations disposées à mettre en place un projet d’occupation temporaire dans de bonnes conditions et bien encadré.

jeudi 4 avril 2013, par Ilham Bensaïd