L’hôtel social de Molenbeek : du logement d’urgence pour faire face à la perte soudaine du logement

06/06/2018
Si le logement de transit est indispensable pour permettre aux familles de quitter des situations délicates, des situations d’insalubrité ou de violences intrafamiliales notamment, il ne peut pas toujours répondre à toutes les demandes qui réclament une intervention immédiate. Les dispositifs de transit ont des règles d’attribution et des obligations propres qui ne permettent pas d’accueillir en quelques heures des personnes en danger dans leur logement. Ce rôle-là, ce sont les logements d’urgence qui doivent l’assumer. Il s’agit de logements – plutôt rares - que les communes et CPAS peuvent affecter pour soutenir les victimes de pertes soudaines de logement ou les personnes dont le logement constitué un danger pour leur sécurité. La commune de Molenbeek a réservé 10 logements pour ces situations d’urgence, logés dans un « hôtel social ».

De quoi parle-t-on ?

Le logement d’urgence n’est pas défini dans le Code du logement. Il l’est uniquement au niveau fédéral, par le SPP intégration sociale (https://www.mi-is.be/fr/logement-durgence-0 ) comme « un logement loué pour une courte période à des personnes qui se trouvent dans une situation de besoin. (…) Le séjour dans le logement d’urgence offre une période temporaire de sécurité de logement pour trouver une solution durable au problème de logement. Cela permet d’éviter aux personnes d’être entraînées dans une spirale descendante de précarité d’existence. » Les logements d’urgence s’adressent aux personnes qui perdent inopinément leur logement en raison d’une catastrophe (incendie, inondation …) ou d’un conflit familial.

Un hôtel social, comment ça marche ?

Novembre 2009. Le premier hôtel social de la Région ouvre ses portes à Molenbeek. Il s’apprête à accueillir des personnes qui ont dû quitter leur logement précipitamment, à la suite d’un sinistre (incendie, inondation…), ainsi que les femmes victimes de violences conjugales, parfois accompagnées de leurs enfants, qui, elles aussi, doivent quitter leur domicile dans l’urgence. Depuis lors, près de 200 ménages, soit 450 personnes y ont posé leurs valises, s’y sont mises à l’abri, le temps de faire face aux difficultés rencontrées.