Bruxelles ignore les gens du voyage - Partie II : Terrains publics : le grand vide !

04/06/2020
A Bruxelles, il n’existe plus aucun terrain public pour accueillir les gens du voyage. Ni aire d’accueil résidentielle. Ni espace affecté à des séjours de courte durée. Rien. La politique par le vide. Et pourtant, les besoins sont là. Une situation indigne d’une Région.

En 2002, des parlementaires bruxellois introduisaient une proposition d’ordonnance pour pousser la Région à aménager 4 terrains de transit. Deux ans plus tard, le texte n’est plus qu’une résolution, soit une vague promesse qui ne trouvera jamais de réelle concrétisation.

Interrogés à plusieurs reprises en commission de l’aménagement du territoire sur la mise à disposition de terrains (de 2004 à 2014)[1], les Ministres-Présidents manifestent très clairement leur absence d’intérêt et leur ignorance à l’égard des familles belges du voyage : il n’y aurait aucun terrain disponible, ni communal, ni régional (la Région n’a pas de foncier pour ça !). La méconnaissance de la réalité est flagrante du côté politique où les gens du voyage sont assimilés aux Roms. Les débats se focalisent essentiellement sur la mise à disposition d’espaces de transit et jamais sur du résidentiel, alors que les familles bruxelloises sont en demande.

Lire le dossier complet

Version pdf ⬇️