Bruxelles ignore les gens du voyage

04/06/2020
A Bruxelles, il n’existe plus aucun terrain public pour accueillir les gens du voyage. Ni aire d’accueil résidentielle. Ni espace affecté à des séjours de courte durée. Rien. La politique par le vide. Et pourtant, les besoins sont là. Une situation indigne d’une Région.

Des gens du voyage... qui vivent à Bruxelles

Dans l’imaginaire collectif, les “gens du voyage” sont perçus comme des groupes itinérants sans véritable ancrage. Or, si le logement (la caravane) est très souvent mobile, l’itinérance est, elle, en réalité plutôt relative. Les groupes voyagent pour visiter la famille, participer à de grands rassemblements religieux ou travailler, mais les temps de déplacement sont limités, de plus en plus d’ailleurs. Les situations sont variables, mais on observe toutefois une tendance à la stabilité. La difficulté de trouver des aires d’accueil lors des déplacements, en Belgique ou à l’étranger, explique en partie ce pas vers plus de sédentarité.

Lire l’analyse du RBDH