Habitat collectif : cas sur le terrain. Le 123 rue royale à 1000 Bruxelles

06/12/2007
Au 123 de la rue royale, une façade anonyme qui ne laisse pas entrevoir grand-chose. Pourtant là vivent 65 personnes qui, malgré leurs parcours différents, la diversité de leurs âges, de leurs besoins et de leurs rêves, ont décidé de tenter une aventure originale : créer un espace de vie pour ceux qui sont sans toit.

Le 123 rue Royale est un projet né d’un cheminement (voir encadré historique) porté par un noyau d’habitants et par des associations de soutien. Une association en particulier a fait le choix d’investir des moyens conséquents dans le projet. Il s’agit de Chez Nous/Bij Ons [1] qui accueille tous les jours des sans-abri rue des Chartreux à Bruxelles avec un repas chaud et un accompagnement social.

Observateurs sur le terrain de l’impasse dans laquelle bon nombre de sans-abri sont plongés, Chez Nous/Bij Ons a réfléchi à une autre méthodologie d’accompagnement social. Dans son travail d’accueil de jour des habitants de la rue, l’asbl a constaté le nombre insuffisant de structures d’accueil existantes pour les sans-abri (CASU, hébergements de nuit, Maisons d’accueil, …). Faute de places, ceux-ci sont souvent acceptés par tirage au sort. Ils ne peuvent jamais dormir deux nuits de suite dans le même centre d’hébergement. Par ailleurs, l’approche classique d’insertion sociale des personnes de la rue qui consiste à suivre un parcours comprenant comme étapes l’hébergement de nuit, le séjour dans une maison d’accueil pendant quelques mois et ensuite l’accès à un logement individuel, ne semble pas convenir à des SDF qui ont souvent perdu leurs capacités à fonctionner selon certaines règles sociales.

Le manque de place entraîne une compétition involontaire mais inévitable entre les sans-logis. Les institutions sont parfois contraintes de privilégier les familles au détriment des isolés, les personnes sobres aux dépens des consommateurs de drogues ou d’alcool… Une partie des sans-abri, sans doute le public le plus fragilisé et qui demande le plus d’investissement, reste ainsi sur le carreau.

Chez Nous/Bij Ons a donc décidé d’abord le problème par un autre bout. Ainsi est venue l’idée qu’il fallait tout d’abord assurer un logement aux personnes avec un encadrement social sur place. « Dans ma pratique professionnelle, j’avais l’habitude de recevoir les gens, explique Bart De Win, travailleur social de Chez Nous/Bij Ons, mais au 123 rue Royale, c’est le contraire. C’est moi qui vais vers eux. Je vis avec eux, je partage leurs problèmes. J’ai donc dû revoir certains de mes modes de fonctionnement mais au final je pense que l’investissement est justifié par le suivi que cela nous permet d’assurer. »

Une occupation soutenue par la Région wallonne

« Notre expérience au 103 boulevard de Waterloo nous a appris qu’il était fondamental de donner la parole aux sans-abri, explique Manu Chiguero, travailleur social de Chez Nous/Bij Ons. Ils doivent devenir des acteurs à part entière et participer aux solutions d’hébergement, prendre la vie collective en main, prendre leurs responsabilités. » Le projet du 123 est un projet pilote car il fait le pari que le public concerné prendra le projet à bras-le-corps pour que celui-ci devienne éventuellement un modèle transposable à d’autres lieux, d’autres villes. Le concept est également neuf puisqu’il s’agit de se concerter avec le propriétaire avant d’investir le lieu et de travailler avec lui à la mise en place des conditions de vie commune. Dans ce cas-ci, il faut reconnaître que la Région wallonne a joué le jeu et soutenu le projet en procédant à des travaux d’aménagement du lieu (des bureaux) en espaces de vie (chambres, douches, …) et en payant 50% des charges (gaz, eau, électricité). La Région wallonne a bien compris l’intérêt social du projet et vu une façon pour ce bâtiment laissé à l’abandon et aux pilleurs de retrouver une nouvelle vie. Une première à saluer !

Installés depuis un peu plus de six mois, les habitants se sont constitués en asbl, organisent une réunion hebdomadaire pour gérer le quotidien et préparer des activités. Le lieu d’occupation est devenu un espace dans la ville où se tiennent des débats, des activités culturelles. L’asbl L’Autre lieu y a tenu jusqu’à la fin du mois de décembre un des volets de son exposition sur la santé mentale intitulée « Le DSM en invention » [2]. Le RBDH y organise avec d’autres associations des réunions autour du projet du Ministère de la Crise du Logement. L’asbl Dune qui travaille à la réduction des risques en toxicomanie y a créé un groupe de parole. Sans parler de Chez Nous/Bij Ons qui y tient sa permanence sociale une fois par semaine, et qui a ouvert une petite friperie pour pouvoir s’habiller à moindre frais. D’autres associations ont manifesté leur envie d’occuper l’espace du bâtiment réservé au monde extérieur. Conçu comme un lieu de vie où chacun doit disposer de son espace intime, le 123 rue Royale devient aussi progressivement un point de rencontres dans la ville. Les habitants ont à cœur de devenir une part active du quartier, et non pas un squat coupé du monde, inquiétant et intriguant. Il leur tient également à cœur de ne pas fermer la porte à ceux qui n’ont pas de toit : quelques chambres ont été réservées à des personnes en transit, l’espace d’un mois ou deux pour se poser et reprendre la route.

Lieu d’occupation : aussi une passerelle vers la réintégration

Les publics qui habitent là sont très différents. Deux profils se dégagent : les militants qui optent pour ce choix de vie alternative et les personnes précarisées pour qui il s’agit tout d’abord d’un moyen de sortir de la rue. Les habitants sont attachés à la mixité sociale de leur projet. Mais cela ne va pas sans générer des tensions entre ceux qui conçoivent le lieu comme un moyen soit de militer, soit de se dégager du modèle général ou encore d’y créer un espace culturel et d’autres habitants qui y voient surtout un moyen de se poser pour ensuite y construire éventuellement un projet de réinsertion qui peut impliquer un logement ailleurs, une formation socio-professionnelle, des études. L’enjeu du projet est aussi de permettre à d’autres personnes en difficultés de logement de reproduire l’expérience.

Sur le mur de la cuisine, on peut lire : Vous y trouverez ce que vous y apporterez. Un peu plus loin, les cageots de légumes et de fruits récoltés lors de la tournée quotidienne des marchés matinaux s’empilent. La vaisselle hétéroclite, les frigos, la cuisinière sont des dons ou de la récup’. Un habitant prépare des lentilles. Certains mangeront ensemble ce midi, d’autres dans leur chambre. On mange beaucoup végétarien dans ce lieu d’occupation, faute de viande mais aussi par conviction. On essaie de manger sain mais il faut faire avec ce que l’on trouve. Sur la grande table qui peut accueillir une vingtaine de personnes, des sacs remplis de pains qu’un commerçant vient d’apporter. Ces détails de la vie quotidienne rappellent qu’un squat c’est aussi une économie fragile, qu’il faut faire tourner tous les jours. Les conforts acquis sont ici précaires. Ils dépendent de l’implication des habitants et de la solidarité du monde extérieur.

Encadré
Le lieu d’occupation au 123 rue Royale est le résultat d’un long chemin. En voici les balises.
-  En 2003, un groupe de sans-abri et de militants investit l’Hôtel Tagawa situé au 321 avenue Louise. Ce bâtiment appartient à un propriétaire privé. Les habitants se constituent en asbl, 321 Logements, dont l’objectif est la réaffectation transitoire d’immeubles laissés à l’abandon en logements de transit pour une population connaissant des difficultés d’accès au logement.
-  Début 2007, sentant l’imminence de la menace d’expulsion du Tagawa, certains habitants prennent contact avec un autre squat situé au 103 boulevard de Waterloo. des liens se créent entre les deux occupations.
-  Le bâtiment du 103 bld de Waterloo appartient à l’Eglise de Scientologie qui obtient finalement l’expulsion des habitants devant les tribunaux belges.
-  Des habitants du Tagawa et du 103 boulevard Waterloo s’installent dans une nouvelle occupation située dans un cloître et une église appartenant aux Jésuites, en face du Botanique. Ce lieu doit être vendu à des promoteurs immobiliers pour y construire un hôtel de luxe.
-  Des associations manifestent leur soutien aux habitants. Il s’agit du RBDH, de Chez Nous, de l’Autre Lieu, DUNE, Le Front commun des SDF, l’UDEP, ALARM, Frères de Sans, ...
-  En mai 2007, aux côtés des habitants, les associations lancent le Ministère de la Crise du Logement pour fédérer au niveau national les personnes qui se battent contre la crise du logement.
-  Deux mois plus tard, les habitants sont expulsés du cloître du Gésù. Les associations soutiennent les habitants qui en protestation passent une nuit à la belle étoile dans le parc du Botanique, sous les caméras de télévision.
-  Le lendemain, les habitants occupent un autre bâtiment dont le propriétaire est la Région wallonne. Ils obtiennent de celle-ci un accord pour y séjourner. L’asbl 321 Logements est rebaptisée Woningen 123 Logements. Le Ministère y tient également régulièrement des activités ainsi que d’autres associations.
-  Aujourd’hui 65 personnes habitent au 123 rue Royale de manière permanente. Plusieurs y sont domiciliées. Les habitants peuvent désormais envisager l’avenir avec un peu plus de sérénité. Leur présence est officielle. Il n’est plus question de squat mais d’un véritable logement. Un projet d’habitat communautaire peut désormais se mettre en place.

Notes

[1Chez Nous/Bij Ons, rue des Chartreux, 1000 Bruxelles, http://users.skynet.be/cheznous.bijons/, Tél/Fax : 02/513 35 96.

[2L’Autre Lieu - Rapa, 61, rue Marie-Thérèse, 1210 Bruxelles. Tél. : 02/230 62 60. Fax : 02/230 47 62. http://www.autrelieu.be.