Bruxelles bobo a le blues : quand la gentrification chasse les pauvres du centre-ville

06/09/2007
Longtemps épargnée par le phénomène, Bruxelles subit depuis une dizaine d’années la gentrification de ses quartiers du centre-ville. Le réinvestissement par des classes sociales aisées de Bruxelles annonce-t-il la bonne santé de la Région mais le départ en masse de ses pauvres ? Géographe à l’ULB, Mathieu Van Criekingen décode cette évolution et nous met en garde contre ses conséquences sociales.

Qui peut encore se loger à un prix raisonnable à Bruxelles ? La crise du logement s’est étendue aux revenus moyens. Selon la dernière enquête de l’Observatoire des loyers en Région de Bruxelles-Capitale [1], les ménages moyens [2] n’ont plus accès qu’à 21% du marché locatif bruxellois, contre encore 38% au début des années 1990. Quant aux ménages les plus pauvres [3], c’est 4% du marché locatif privé qui leur est encore accessible !

On peut affirmer qu’un ménage bruxellois sur deux consacre plus de 40% de son budget au logement, au détriment d’autres dépenses telles que l’éducation, la santé, les loisirs. Habiter aujourd’hui en ville est une réalité de plus en plus difficile. Or c’est là que ce trouve les viviers d’emplois.

Pour corroborer ce constat, il faut noter que depuis quelques années, l’on assiste à une évolution démographique bruxelloise. Une nouvelle population qu’on peut qualifier d’aisée s’installe dans les quartiers centraux où habitent souvent des immigrés fragilisés sur le plan économique.

Célibataires, diplômés, artistes, professionnels du monde de l’art ou des médias, ces nouveaux habitants contribuent à rénover les quartiers où ils s’installent. Ils ouvrent des cafés et restaurants branchés, tiennent des galeries d’art ou organisent des activités culturelles. Une solution au délabrement de nos quartiers du centre-ville ? La réalisation de la mixité sociale promue par les politiciens bruxellois ? Oui et non, serait-on tenté de répondre. Car cette arrivée de nouveaux habitants qui choisissent ces quartiers pour des raisons de proximité avec les transports en commun, avec les administrations et les bureaux, avec les lieux de loisirs, pour la qualité de l’architecture et les prix initialement raisonnables de l’immobilier entraîne souvent le départ forcé des anciens habitants qui ne peuvent plus assurer le paiement de leur loyer qui flambe en raison de la rénovation de l’environnement. Ainsi des riches chassent des pauvres et contribuent à déplacer la crise du logement, mais non à la résoudre.

Ce phénomène, Mathieu Van Criekingen [4] l’étudie attentivement depuis quelques années. Son constat est sévère et alarmant : oui, la gentrification existe à Bruxelles. Et si nous n’en avons pas encore vu toute l’ampleur, les premiers effets laissent présager des heures difficiles pour les populations bruxelloises qui ne pourront monter à bord du navire immobilier.

Dans les quartiers centraux de la ville

La gentrification est apparue dans les quartiers centraux bruxellois formés par le pentagone, soit le cœur historique de la capitale, et les quartiers urbanisés au 19e siècle, appelés également les quartiers de la première couronne. « Bruxelles est caractérisée », rappelle Mathieu Van Criekingen, « par la concentration, au centre-ville, d’un parc de logements anciens, souvent en mauvais état et mis en location sur le marché privé. Ces logements sont ‘redécouverts’ par différents types de protagonistes partageant certaines caractéristiques d’aisance sociale et un capital culturel élevé. Sont notamment à ranger parmi ceux-ci : des investisseurs immobiliers misant sur une revalorisation d’espaces centraux à des fins d’occupation résidentielle par une clientèle (très) nantie, ainsi que, plus largement, des ménages, jeunes et instruits le plus souvent, attirés par des caractéristiques propres aux quartiers anciens centraux d’une grande ville (la diversité sociale et culturelle, la densité des activités urbaines, etc.). En outre, les quartiers centraux bruxellois font l’objet, depuis le début des années 1990, d’une nouvelle attention des pouvoirs publics sous la forme d’un projet politique de « revitalisation » de ces espaces. »

La gentrification n’est pas spécifique à Bruxelles. La ville s’inscrit dans un mouvement qui affecte les autres villes occidentales de même envergure. Toutefois, si, à l’échelle internationale, Londres et New York sont à la pointe du phénomène, Bruxelles en est encore relativement préservée. Les promoteurs immobiliers ne se sont pas, à l’instar de ce qui s’est fait le long de la Tamise, lancés dans la construction massive de logements aisés et de luxe au centre-ville. Mais la tendance est au changement. On constate un développement du marché des logements de luxe et le secteur de l’immobilier lance des appels du pied aux pouvoirs publics pour le soutenir dans la construction de tours de logements pour ménages aux revenus confortables voire douillets.

Les quartiers centraux de Bruxelles entre convoitise et répulsion
Ces quartiers font depuis longtemps l’objet d’un désamour de la part des classes aisées. Mathieu Van Criekingen rappelle que « dès le 19ème siècle, les groupes aisés ont privilégié des espaces résidentiels en dehors des quartiers centraux, tout en continuant à faire usage du centre ville en tant que lieu de travail, de consommation ou de loisir. Cette dynamique centrifuge est devenue particulièrement massive à partir des années 1950, alors que s’ouvrait une période d’ascension sociale générale des classes moyennes, concrétisée par un ample mouvement de suburbanisation [5] résidentielle de ces groupes. Et c’est à l’installation de populations ouvrières issues de l’immigration internationale que les quartiers urbains centraux ont dû éviter une dépopulation et un abandon massifs » . Autrement dit, Bruxelles doit à ses immigrés de ne pas s’être dépeuplée et, sans doute, de ne pas avoir été « bruxellisée » encore bien davantage.

Petit retour un arrière sur un concept multiple

Par gentrification, les auteurs entendent communément le réinvestissement par certains groupes sociaux culturellement ou financièrement aisés des quartiers populaires qu’ils entreprennent de rénover. Bien sûr, derrière ce concept se déclinent des réalités locales très diverses. Mais dans l’ensemble, affirme Mathieu Van Criekingen, « la notion de gentrification doit être appréhendée comme une somme d’évolutions par lesquelles des quartiers populaires se voient (ré)appropriés par et pour des groupes socialement plus favorisés que leurs habitants ou leurs usagers préalables ».

Cette (ré)appropriation territoriale exerce « des pressions sur le tissu social en place, tantôt de manière directe et abrupte notamment sous la forme d’éviction de locataires par suite de la revalorisation foncière d’un quartier, tantôt plus subtilement (à la faveur, par exemple, de l’évolution des normes d’utilisation de l’espace public négociées à l’échelle d’un quartier ou du changement des priorités politiques envisagées pour celui-ci) », écrit Mathieu Van Criekingen.

Les nuances sont infinies. Ainsi parle-t-on de gentrification résidentielle, commerciale, ou encore touristique. Les effets de la gentrification sont aussi variés : « le degré de contrôle du marché foncier par les autorités publiques, l’attitude des investisseurs institutionnels (privés ou publics) ou encore l’intérêt historiquement plus ou moins grand des groupes dominants pour le centre ville varient sensiblement d’une ville à l’autre. Certains quartiers subiront une gentrification progressive tandis que d’autres seront l’objet d’un investissement immobilier massif. A Bruxelles, la métamorphose des Marolles ou du quartier Dansaert est un exemple de gentrification graduelle, progressant au rythme des ouvertures de nouvelles boutiques branchées et du remplacement des habitants. Le quartier Midi, dans le bas de Saint-Gilles, est par contre un cas de gentrification brutale, où les développeurs immobiliers succèdent aux bulldozers », note le géographe.

Quoi qu’il en soit, si Mathieu Van Criekingen définit la gentrification comme la lutte pour l’appropriation de l’espace par certains acteurs sociaux, c’est pour nous inviter à nous interroger. A qui cela bénéficie-t-il ? Et qui est lésé ? La question centrale de la gentrification est donc, avant d’être urbanistique ou économique, une question sociale. Le territoire restreint de Bruxelles appartient-il encore au plus grand nombre ou devons-nous accepter que les plus nantis s’emparent de la ville en chassant les plus pauvres et en menant la vie dure à la classe moyenne ?

Qui sont les acteurs de la gentrification ?

On les appelle aussi les bobos, ces bourgeois bohèmes qui s’installent dans la ville à la recherche d’une certaine qualité de vie. Ils sont attirés par la centralité des qualités populaires, bien desservis par les transports en commun, proches des viviers d’emplois et donc réduisant le temps de déplacement entre le domicile et le lieu de travail, proches aussi des lieux de loisirs et de culture (musées, cinémas, restaurants), le tout dans un environnement au patrimoine architectural certes délaissé mais à qui une opération de rénovation ne demande qu’à rendre sa splendeur. Le bâti qu’ils recherchent ? Des hangars, des dépôts, des usines désaffectées. Autant d’espaces qu’ils pourront transformer en logements spacieux, en ateliers d’artistes, en centres culturels, en restaurants branchés.

Qui sont-ils ? « Ce sont des jeunes adultes, locataires sur le marché privé, occupant une série de positions sociales intermédiaires — ni ménages précarisés, ni familles aisées, donc — et le plus souvent diplômés (ou en voie de l’être) », a étudié Mathieu Van Criekingen. Ils ne sont pas (encore) aisés mais ils sont déjà détenteur d’un capital culturel élevé (diplôme supérieur). Et ils peuvent espérer que leur capital financier (le revenu) suivra bientôt.

Mais nuançons. Si nombre de jeunes adultes semblent opter pour un logement locatif dans les quartiers centraux, il ne faut pas généraliser. « Cette transition est vécue préférentiellement par des jeunes adultes issus des classes moyennes ou supérieures, disposant (éventuellement via leurs parents) des ressources nécessaires à un établissement résidentiel autonome associé à des études prolongées, un retardement des engagements familiaux et l’expérimentation de formes de vie non-familiales centrées sur la recherche des conditions de l’épanouissement individuel », souligne Mathieu Van Criekingen. « De plus, l’embourgeoisement accru des quartiers traditionnellement aisés pousserait ces jeunes adultes, ainsi que d’autres types de ménages dits ‘moyens’, à ‘redécouvrir’ des quartiers interstitiels ou populaires a priori peu intégrés dans leurs représentations mentales de l’espace urbain. En un mot, ces quartiers offriraient des solutions pratiques à des jeunes adultes issus des classes moyennes dans le cadre d’une situation familiale et professionnelle en transition, et donc incertaine. » Autrement dit, ces groupes sociaux ne sont pas susceptibles de rester dans ces quartiers et si leur situation économique et sociale venait à évoluer (mise en ménage, accès à emploi, augmentation de revenus, etc.), ils pourraient bien rejoindre les autres ménages qui quittent le centre-ville à la recherche d’une autre qualité de vie, en périphérie par exemple.

La composition sociodémographique des quartiers centraux évolue. C’est indéniable. Mathieu Van Criekingen établit les constats suivants : « Entre 1991 et 2003, le nombre de ménages a augmenté de 12% dans le Pentagone (+6% pour l’ensemble de la Région) alors que le nombre d’habitants y évoluait à peine : +0,4% (+4% pour la Région). Ce contraste entre les évolutions des nombres (officiels) d’habitants et de ménages indique une transformation de la composition sociodémographique des quartiers centraux (présence accrue de petits ménages de jeunes adultes) et sous-tend une nette augmentation de la demande de logements au centre de la ville. Ce type d’évolution renvoie à une série de tendances socio-démographiques lourdes, non spécifiques au cas bruxellois : notamment, l’éclatement des ménages et les recompositions de la phase d’entrée dans la vie adulte. En particulier, l’allongement et la complexification, pour les jeunes adultes, de la transition vers l’autonomie économique et l’établissement familial sont de nature à impliquer une redéfinition profonde des mobilités résidentielles et des stratégies d’insertion sur le marché du logement. »

La gentrification contribue-t-elle à la promotion sociale des groupes sociaux défavorisés ?

La gentrification joue-t-elle le rôle d’ascenseur social pour les populations des quartiers centraux où elle se manifeste ? A cette question, les conclusions des recherches menées à ce jour semblerait répondre par la négative. « La littérature existante [6] est unanime à mettre en avant que les processus contemporains de gentrification opèrent bien davantage par le jeu d’immigrations et d’émigrations socialement sélectives que par ascension sociale des habitants initialement en place », constate Mathieu Van Criekingen.

Le chercheur insiste d’ailleurs sur la dimension sociale qui sous-tend la dynamique de la gentrification. « A cet égard, notre analyse débouche sur le constat que, même si la gentrification à Bruxelles a (encore) souvent les traits d’une transformation « en douceur » des quartiers centraux, faisant émerger de nouveaux espaces plutôt « branchés » que « chics », cette dynamique n’en est pas moins (déjà) très sélective socialement. Parmi l’ensemble des mouvements de populations révélés par l’analyse, un flux migratoire centrifuge de populations précarisées issues de quartiers en voie de gentrification à Bruxelles ne peut passer inaperçu. Ce type de mouvement est, de plus, spécifique pour les migrants issus des quartiers bruxellois en voie de gentrification relativement aux migrants en provenance des autres quartiers de la ville. »

Les pouvoirs publics face à la gentrification

La gentrification de certains quartiers bruxellois trouve également ses causes dans la mondialisation de l’économie, les évolutions sociologiques (entrée plus tardive dans la vie active, familles monoparentales), le statut de capitale de l’Europe. Mais les pouvoirs publics jouent un rôle non négligeable dans la progression du phénomène. M. Van Criekingen : « A cet égard, surtout depuis la mise en place de la Région de Bruxelles-Capitale (en 1989), les autorités bruxelloises ont hissé le thème de la « revitalisation » des quartiers centraux au rang d’adage essentiel de la politique de la ville. »

Dans le Plan Régional de Développement datant de 2002, les autorités bruxelloises attribuaient le déclin urbain à l’exode des classes moyennes en périphérie (suburbanisation) et à la concentration des ménages à faibles revenus, souvent d’origine étrangère, dans les parties centrales de la ville. « La première ceinture Ouest de la ville souffre d’un manque général d’attractivité, tant économique que résidentielle », lit-on p. 6 dans le PRD . Et M. Van Criekingen de s’étonner de l’aspect réducteur de l’analyse. « Cet extrait témoigne d’une représentation pour le moins singulière de quartiers populaires comptant parmi les plus densément peuplés de la ville, riches d’une vie sociale, économique et culturelle cosmopolite. Il faut plutôt lire dans cette phrase le constat d’une présence limitée, au centre ville, des ménages familiaux, belges et de classes moyennes. Y attirer ce type de ménages, à la fois contribuables et électeurs, constitue une priorité politique à Bruxelles. Celle-ci est communément légitimée en regard de valeurs telles que la mixité et la cohésion sociales, le développement durable, l’amélioration de l’image de marque de la ville ou la préservation du patrimoine. A cette fin sont mises en oeuvre, depuis le début des années 1990, différentes mesures visant à inciter des acteurs privés à (ré-)investir dans les quartiers centraux : primes à la rénovation de logements, réhabilitation des voiries, politiques d’embellissement et de « sécurisation » des espaces publics, etc. »

Mal nommer les problèmes revient bien souvent à ne pas leur offrir de solutions adéquates : « Il faut sortir de l’idée que la seule solution pour résoudre le problème des quartiers pauvres est d’y faire venir des riches. On ne commencera pas à réfléchir à des solutions tant qu’on n’acceptera pas que c’est une prémisse totalement fausse », affirme le géographe. Derrière l’analyse du phénomène, ce dernier tente avant tout de nous prévenir des conséquences sociales futures pour Bruxelles. « La politique de rénovation des quartiers bruxellois longtemps délaissés, je n’y suis pas opposé. Mon inquiétude se porte surtout sur la méthode employée dont les effets ou même l’objectif est de modifier profondément la composition démographique de Bruxelles. » Chasser les pauvres, attirer les riches, à terme une politique suicidaire ?

Notes

[1La dernière enquête sur les loyers à Bruxelles remonte à 2006 et est disponible sur le site internet http://www.statbel.fgov.be.

[2Soit les ménages présents dans la partie médiane de la distribution des revenus (5ème décile).

[3Soit les ménages présents dans les trois premiers déciles de la distribution des revenus.

[4Attaché au Laboratoire de Géographie Humaine de l’Université Libre de Bruxelles, Mathieu Van Criekingen est chargé de recherches au FNRS. Il est l’auteur, notamment, de « La ville branchée : gentrification et dynamiques commerciales à Bruxelles et à Paris », Belgeo, 2006, 1, 113-134 (avec A. Fleury) ; de « Revisiting the Diversity of Gentrification : Neighbourhood Renewal Processes in Brussels and Montreal », Urban Studies, 2003, 40, 12, 2451-2468 (avec J.-M. Decroly) ; « Itinéraire de la rénovation des quartiers anciens à Bruxelles », collection Hommes et Paysages, Société Royale Belge de Géographie, 68p.

[5Par suburbanisation, il faut entendre la migration d’habitants du centre-ville vers la périphérie.

[6Pour plus d’informations, voir l’article suivant : Atkinson R. (2002) Does Gentrification Help or Harm Urban Neighbourhoods ?, University of Bristol, www.bristol.ac.uk/sps/cnrpaperspdf/cnr5pap.pdf.