Il est temps de trouver des solutions au manque de logements publics à loyers plafonnés !

30/03/2010
Le Gouvernement régional, qui annonce un objectif de “15% de logements de qualité à gestion publique et à finalité sociale sur toutes les communes bruxelloises d’ici 2020”, saura-t-il tenir ses promesses ?

Demain, mercredi 31 mars, prendra fin le “plan froid”, dispositif hivernal pour les sans-abris de Bruxelles.
Les chiffres sont éloquents : ce drame s’aggrave chaque année et demain, ce sont 350 personnes supplémentaires qui se retrouveront à la rue, sans qu’aucune solution de relogement ne soit prévue pour eux.
Le RBDH estime qu’il est grand temps que Fedasil prenne ses responsabilités et apporte l’aide nécessaire aux victimes de la crise du logement à Bruxelles et plus particulièrement aux demandeurs d’asile. Davantage de moyens doivent également être accordés aux maisons d’accueil.

Le RBDH insiste sur la nécessité de proposer des solutions durables, qui consistent à augmenter de toute urgence, et de manière significative, l’offre de logements publics à loyers plafonnés.
L’accord de Gouvernement contient un engagement qui semble aller dans le bon sens : la Région souhaite atteindre un taux de « 15% de logements de qualité à gestion publique et à finalité sociale sur toutes les communes bruxelloises d’ici 2020 ».
Selon la manière dont sera interprétée cette expression, ce seront entre 22.500 et 35.000 logements qui devront être réalisés en dix ans. C’est un objectif ambitieux lorsque l’on sait que la moyenne annuelle de production publique ces dix dernières années est de 1.500 logements…

La plupart des communes bruxelloises disposent actuellement d’un parc de logements publics de type social largement insuffisant. C’est ce que renseigne le tableau suivant :

Communes % actuel de logements de type social / parc total de logements Nombre de logements manquants pour atteindre le taux de 15%
Ixelles 4% 5.038
Uccle 4% 4.947
Woluwé Saint-Pierre 4% 2.062
Schaerbeek 5% 5.588
Forest 6% 2.284
Auderghem 6% 1.478
Koekelberg 6,5% 815
Jette 7% 1.832
Etterbeek 7,5% 1.875
Berchem Sainte-Agathe 8% 718
Saint-Gilles 8,5% 1.717
Woluwé Saint-Lambert 10% 1.404
Molenbeek 11,5% 1.301
Anderlecht 12% 1.291
Ganshoren 12% 354
Bruxelles 13% 1.600
Evere 14% 190
Saint-Josse 14% 64
Watermael-Boitsfort 19,5% -
Région de Bruxelles-capitale 9% 34.558

Source : Observatoire Régional du Logement (chiffres transmis début 2010)

Le RBDH se félicite que de tels projets soient prévus puisqu’ils permettront de combler en partie le manque alarmant de logements à prix abordables à Bruxelles. Cependant, il faudra être vigilant : les vœux pieux sont insuffisants !

Suite à une analyse approfondie, le RBDH propose des moyens adéquats pour atteindre les objectifs fixés :

-  Etablir des conventions précises et réalistes entre la Région, les communes et tous les acteurs bruxellois impliqués dans le secteur du logement. C’est grâce à une mobilisation générale et une synergie des compétences que les objectifs pourront être atteints.

-  Il n’est pas envisageable de laisser la réalisation des objectifs au bon-vouloir des communes, certaines risquant d’ailleurs de se montrer très réticentes. Un instrument juridique contraignant à l’égard des communes est indispensable.

-  Le RBDH souhaite que des compensations financières encouragent les communes concluant des partenariats avec la Région et que soient sanctionnées financièrement celles qui refusent de collaborer.

-  Le RBDH recommande de prévoir des conventions adaptées aux situations locales. Cette différenciation permettra une répartition équitable de logements de type social sur l’ensemble de la Région et favorisera la mixité sociale.

• Dans les communes devant fournir un important effort de rattrapage, ce sont des logements de type social qui devraient être imposés. Les communes de la seconde couronne (tout particulièrement Uccle et Woluwé Saint-Pierre) pourront d’autant plus facilement rattraper leur retard qu’elles ont de l’espace foncier pour accueillir de nouvelles constructions.

• Dans les communes s’approchant du pourcentage de 15% de logements de type social, les conventions pourraient prévoir d’intégrer également des logements de type moyen.

Pour sa part, le RBDH estime nécessaire une synergie des compétences de plusieurs acteurs (Région, communes, monde associatif, habitants) et veut apporter sa collaboration dans les communes où l’offre de logements de type social est trop faible et, avec les associations locales, faire des propositions concrètes pour parvenir d’ici 2020 à atteindre effectivement la norme de 15%.


L’analyse complète dans notre magazine Art.23 # 38 - Quotas de logements sociaux : les idées à retenir, les écueils à éviter